Eloïse 43 ans

Eloïse 43 ans :

 "Je suis lingère depuis 5 mois dans un hôtel-restaurant familiale de 20/25 chambres (suivant la saison).

Je n'ais pas eu le choix, il me fallait travailler. Mon mari a été licencié et moi, avant, je ne travaillais pas. J'étais femme au foyer...pas dans la vie active, comme on dit chez nous. J'ai trois enfants ( tous mineurs).

Il y a donc 5 mois j'ai trouvé ce poste de lingère...j'ai été bien "abusée" mais au vue des circonstances, je ne peux pas me permettre de partir.

Ici, les conditions de travail sont terribles. Je ne pensais pas que cela pouvait encore exister !

Le matin j'arrive vers 8h, je commence en fonction de la météo...car ici, il n'y a pas de sèche-linge donc il faut le mettre à sécher dehors. Mais pas sous un abri, non, car il n'y en a pas.

Donc, suivant le temps qu'il fait le linge sèche ou pas. Cela ne m'est pas facile d'expliquer ce genre de situation, il faut de l'imagination pour visualiser ses conditions de travail.

Ceux de la profession réaliseront mieux ces circonstances.

Donc, il y a accumulation de draps, de serviettes dans "ma" lingerie qui doit faire 7 mètres sur 5.

Dans cette pièce se trouve la machine à laver et la repasseuse.

La machine à laver se bouche constamment, problème de lessive évidemment mais changeront-il pour autant ? non...je suis là donc avec mon vieux cintre en ferraille désarticulé a tenter de sortir le bouchon pour la faire repartir...et cela trois fois par semaine. Je perds de 1 à 2 heures à chaque fois...j'ai beau le signaler, rien n'y fait, refus catégorique pour les réparations...ce n'est jamais le moment.

La repasseuse a 25 ans d'ancienneté...c'est une bonne machine. Mais elle ne repasse plus que les petites serviettes de table du restaurant car pour le reste, elle surchauffe...je la comprend...moi aussi parfois à 43 ans , je surchauffe!

Dans cette pièce, il n'y a aucune ventilation, pour avoir de l'air ( car une repasseuse dégage beaucoup de chaleur) je dois maintenir la porte d'entrée ouverte et cela sous n'importe quel temps.

Comme les draps doivent être séchés malgré tout, je me suis "permise" d'installer un fil dans la pièce voisine où se trouve la chaudière ( je sais c'est interdit) Je n'ais pas le choix, on me réclame du linge sans avoir de quoi le faire sécher.

Je peux y faire sécher trois draps le matin et trois autres l'après-midi; par temps de pluie.

Pour le client qui souhaite que je lui repasse sa chemise, j'ai un petit fer comme tout un chacun possède...mais celui-ci à déjà une génération à son actif...il est robuste, parfois je l'entends soupirer mais il tient le coup...pour combien de temps?

Pendant que la machine tourne, je rejoins la femme de chambre pour lui donner un coup de main.

Le midi, nous nous retrouvons pour manger toutes les deux...parfois il n'y a pas grand chose ou rien de prêt donc nous nous contentons d'un café et un sandwich.

Après notre pause de 20mn ( oui, dans certains endroits c'est court...)nous repartons en chambre...nous commençons par descendre les bassines de draps et de serviettes...à deux c'est plus facile...parfois elle est seule.

Puis je retourne en lingerie, faire ce que je peux pour avancer le linge...souvent avant de partir vers 17h c'est à ce moment que l'on m'apporte d'autres serviettes de table à laver pour le lendemain...un peu au compte-goutte.

De 8h à midi, aucune pause...de midi 20 à 17h voir 18h30, aucune pause. car si la femme de chambre à besoin d'une aide j'y vais, et comme c'est souvent le cas...elle est toute seule.

J'apporte ma propre bouteille d'eau car celle que j'ai demandée doit venir de je ne sais quel puit à l'autre bout de la France...

Je rentre chez moi, exténuée. Les enfants, le mari, il ne savent pas combien c'est difficile, j'ai honte...parfois je vais dans la salle de bain et reste enfermée une heure car je pleure tellement je tombe de fatigue, de faim...

Puis une fois calmée, apaisée, je reprends mes tâches ménagères et mon rôle de maman...Ils vont tous bien...c'est ma récompense."

 

                                                                                                                     Merci à toi Eloïse.

 

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site