Comprendre les différences

Comprendre les différences et les comportements de chacun

ceci n'est qu'un moment de réflexion suite à divers témoignages qui m'ont été transmis, j'ai fait participé des cuisiniers, des employés, des patrons...nous voici maintenant en fin de journée....

 

Bonsoir, il est tard 23h43 chez moi.

 

Aujourd'hui aux boulots (vous apprendrez dans mes rubriques que je cumule deux emplois) nous avons eus des discussions qui portent à réfléchir (comme souvent entre deux rigolades)

Est-il bon d'avoir des relations intimes avec un collègue de travail (je parle dans mon secteur d'activité bien sûr)?

Une amitié est-elle possible entre un homme et une femme? exemple : un cuisinier, une aide de cuisine, une serveuse, un patron..;etc;

 

J'ai des relations d' amitiés avec des hommes : ça se passe très bien, mais je vais parler d'un fait ,qui hélas, à mon goût ,se répète dans ce milieu qu'est : l'hôtellerie-restauration.

J'ai connue des cuisiniers (cela se passe dans les petits restaurants familiale...donc peu d'employés) qui lors des coups de feu (ou de bourre comme on dit par chez nous) avaient des montés d'adrénaline...et donc pour se libérer avait besoin...soit de chanter, soit de danser, soit de se retrouver seul...et d'autres : c'est de ceux-là dont je veux parler, avaient besoin de nous faire  un bisou, un effleurement, un contact physique (geste tendre, j'entends bien...nous sommes au travail) bref, veulent à tout prix que vous entriez dans leur euphorie de l'instant.

...et lorsque vous dites ,non...que cela ne vous plait pas, ne vous convient pas parce que c'est déplacé...ceux-ci vous disent : nulle ou coincée mais sans vous connaitre pour autant.

 

Est-ce une forme de harcèlement, est-ce qu'ils sont blessés dans leur orgueil, vexé que l'on se refuse à leur"jeu" du moment...

Je me pose la question mais eux , se posent-ils la question pour nous : ce que nous ressentons quand ils nous disent ou font cela??

Et puis font comme si de rien n'était quand le patron ou la patronne sont présents...

Dans presque tous les établissements où j'ai excercé, je suis tombée sur des cuisiniers célibataires ou divorcés ( les aléas du métiers)_ j'écarte les cuisiniers "respectueux" avec qui j'ai gardé d'excellents contact" et les mariés_.

Bien sûr, moi étant célibataire, c'est très flatteur pour une femme de sentir qu'elle plaît, mais pour ma part cela à détruit quelques liens de complicités car le cuisinier ne comprenais pas que je ne désire pas avoir de relation intime avec un collègue de travail.

Est-ce moi qui "débloque", non, j'ai eu de belles histoires avec des cuisiniers censés et respectueux...je parle de ceux qui ne comprenne pas que : c'est non! car certains sont incapable d'avoir une relation d'amitié, il leur en faut plus...

Ceux qui comme moi ont roulé leur "bosse" et des années d'expériences diverses me comprendront et savent ce que je veux dire...

 

Par moment nous sommes transportés durant le travail par des périodes de routines, ça stagne puis à d'autres moments des périodes de montés d'adrénaline, comme je les appelle, ou euphorie, parfois des superbes tranches de rigolades comme l'inverse des tensions terribles...

 

Mais où s'arrête la limite pour certains?

Pourquoi quelques-uns arrivent à se "tenir" et d'autres , non?

L'on dit que c'est un métier à "sens", c'est-à-dire qu'il éveil les sens, le goût, l'odorat, le toucher...etc.les plaisirs, la gourmandise...

Mais les hommes, les femmes ressentent les choses différemment.

Quand est -il de cela?

Je serais ravie que vous me laissiez vos impressions, vos pensées, votre avis sur le sujet. Vos expériences aussi.

je répondrais avec plaisirs.

                                                                                                                      Merci.Stella.

 

 

 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×