Boby cuisinier

Après ma discussion avec Boby  je me suis posée bien des questions.

Bien sûr, nous en avons parlé entre nous mais cela ne regarde que lui et moi.

 

Quand est-il de vous??...pensez-vous que cela en vaut la chandelle?

Je m'explique :

Dans ce milieu, nous connaissons la précarité de l'emploi, les dépots de bilan, le chomâge...personne n'est à l'abri car les emplois sûrs dans l'hôtellerie-restauration à moins de faire parti d'une certaines catégories mais par chez nous dans les petites entreprises d'un ou deux salariés...je dirais...ça craint!! (pardonnez -moi l'expression).

Boby a t-il raison? à 40 ans, une famille, des enfants???

Pour lui, pour son épanouissement personnel, je suis d'accord...mais après sa formation : est-il sûr de retrouver un équilibre, une situation??

Ces questions, bien sûr, je me les pose à mon point de vue.Parce que je le connais et m'inquiète aussi.

Boby, n'est pas seul, sa femme l'épaule dans ses décisions...

Boby m'a promis de nous tenir au courant de l'évolution.

Pour l'instant au boulot, ce n'est pas facile...bien sûr, mais il le comprend...vous connaissez-vous beaucoup de patrons qui accepteraient de vous payer une formation de huit mois, en sachant que vous les quittez ensuite!

Ces Big boss, je les connais... leur version :

Il a un bon salaire, la sécurité de l'emploi, sans responsabilité et c'est un excellent cuisinier, il n'y a rien à dire...sinon qu'il est caractériel.

La fameuse question : Qui a raison dans cette affaire??

Qui a dit que c'était facile?

 

 

Depuis, j'ai revu Boby  il se sent mieux.

Il a commencé sa formation, beaucoup de théorie, peu de pratique.

Mais tous ceux présent ont déjà l'expérience du métier et puis c'est surtout pour se perfectionner.

Il est logé dans une chambre , les repas se passent au self de l'établissement...

Boby a changé d'opinion au sujet de "son ailleurs"...explique moi Boby!

"Tu sais Stella, je crois surtout que j'avais besoin d'un bon "breack"...et puis sérieusement la famille avant tout.

Bien sûr je suis en colère parce que je n'ai pas le poste ou je peux m'épanouir mais quand je rentre le soir, je regarde ma petite famille et je pense avant tout à leur sécurité, leur confort...

La précarité fait peur...

Je suis en pleine remise en question, l'âge aussi ... beaucoup de réflexion!

Je crois que je ne me suis pas assez affirmé au boulot...c'est peut-être aussi un manque d'assurance de ma part...et dans un certain sens, c'est de ma faute...j'ai laissé s'installer une situation "facile" confortable.

Qui pourtant ne me plaisait pas.

C'est huit mois de formation vont me permettre beaucoup de chose, me réapprendre aussi le rôle d'un cuisinier que j'avais quelque peu "oublié".

Je m'étais endormi...

Et tu sais, le soir je suis seul dans ma chambre...donc face à moi-même; nous devrions tous prendre le temps de nous voir réellement et apprendre à nous connaître...

peut-être que mon opinion changera encore durant ces quelques mois mais une chose est sûr : j'aime mon métier et j'y reprends goût...

A bientôt, Stella."

 

Je suis rassurée que Boby reprenne confiance en lui et en son avenir...

Nous gardons contact...c'est toujours un plaisir de le rencontrer.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×